Home -- General -- Events -- Graduates -- Undergraduates -- High School Teachers -- Faculty
 
    General
  Program
  Abstracts
  Call for Papers
  Registration
  Conference Hotel
  Transportation  & Maps
  Tallahassee
  Contact us
      
 

ABSTRACTS

Yann Mevel (University of Tohuku, Japan)
Lire Beckett avec Starobinski

    Recemment un ouvrage dirigé par Lois Oppenheim tentait de dégager les lignes de force de la critique beckettienne. On peut s’étonner de l’absence dans ce panorama de la critique thématique. C’est précisement une defense et illustration de la critique thématique que viserait cette communication. Une critique thématique telle que la met en pratique Jean Starobinski, dont les travaux sur Robert Burton, Montaigne, Rousseau, Baudelaire, ou Jouve ont tant à nous apprendre sur l’oeuvre de Beckett si nous savons nous en inspirer. Le premier des enseignements à tirer de cette pratique de la critique serait une incitation au décloisonnement des approches esthétiques, dramaturgiques, philosophiques ou encore psychanalytiques, non en vue d’un bilan, mais afin de demeurer fidèle tout à la fois à l’oeuvre de Beckett et à l’oeuvre d’art telle que la définit Starobinski: la mise en forme par le langage d'"un contact effectif avec le fini, le mortel, le transitoire."

    A la lumière des travaux de Starobinski nous avons montré dans une thèse de doctorat dans quelle mesure l’experience beckettienne au sens esthétique relève de la mélancolie. Nous souhaiterions ici élargir notre perspective en montrant que les travaux de Starobinski permettent de situer l’oeuvre de Beckett dans une évolution des pratiques artistiques et culturelles, et de rendre compte d’une ambivalence essentielle de cette oeuvre.

    L’oeuvre de Beckett pour une part s’inscrit dans le prolongement d’un travail de critique des apparences qui remonte au 18ème siècle, "mouvement si radical que ce geste a fini par équivaloir à un geste d’annihilation, celle du sujet et du monde"(Carmelo Angelo, in " Jean Starobinski, l’approche du regard", Zoe, 2004). Il reste que l’oeuvre de Beckett ne se contente pas de ce travail de sape, même s’il est vrai que ce faisant elle réinvente les modalités de l’ironie, de la satire et du grotesque. L’oeuvre de Beckett va au delà de la démystification en soumettant cette pratique du doute à une ironie seconde. Quel est en effet l’horizon de cette entreprise de démystification voulue par les Lumières sinon la quête d’une vérité censée se dissimuler? "En attendant Godot" notamment se joue de telles illusions qui témoignent d’une incapacité à accepter un rapport au monde immédiat. L’oeuvre de Beckett ne saurait se limiter à ce que Starobinski nomme la "pure puissance de critique et de refus, dans la mesure où elle nous condamne au présent et au contingent, ce qui lui permet d’échapper in extremis à "la dissolution du lien avec le monde quotidien dans sa realité concrète"(op cit, 130). A cet egard l’oeuvre de Beckett se situe dans le prolongement d’un courant ésthetique parallèle à l’entreprise de "démasquage"des illusions et du paraître, courant qui selon Starobinski remonterait à Montaigne et témoignerait d'"une véritable éthique des apparences [impliquant] une acceptation critique de leur ambiguité, c’est à dire une rencontre avec elles où il doit y avoir en même temps la responsabilité d’une disponibilité accueillante et la lucidité d’un examen attentif" (op cit, 134.). En d’autres termes lire Beckett avec Starobinski ce n’est pas uniquement nous donner les moyens de reconnaître en elle sa part d’ombre et de lumière, ni simplement nous donner accès d’un même mouvement à son "sens manifeste" et à son sens latent. En effet même si elles sont eparsés, quoi de plus manifeste que ces "evidences sensibles"(Jean Starobinski) qui parcourent l’oeuvre de Beckett? Lire Beckett avec Starobinski revient à le lire à la lumière de l’histoire de l’art et de la culture afin de comprendre quoi cette oeuvre malgré la dimension mélancolique que nous lui reconnaissons fait moins exception qu’il n’y paraît, en ce sens qu’elle participe d’une pratique moderne du geste critique.



440 Diffenbaugh | Tallahassee, Fl. 32306-1280 | http://www.fsu.edu/~icffs | 850.644.7636
Copyright© 2001 Florida State University. All rights reserved. 
Questions/ Comments - contact the sitedeveloper
FSU Seal
| florida state university |